Grèce : Tsipras souffle le chaud et le froid

Un gouvernement de « salut national », prêt à « verser son sang » pour les Grecs sans toutefois aller à « une rupture désastreuse » avec l’UE : le Premier ministre grec Alexis Tsipras a fixé à son équipe mercredi une ligne de conduite double qui a suscité l’inquiétude des marchés. Toujours sans cravate, comme la majorité des ministres de ce gouvernement issu de la gauche radicale, mais très grave, Alexis Tsipras a affirmé dans une déclaration liminaire d’une vingtaine de minutes qu’il était à la tête d’un gouvernement « de salut national », prêt à « verser son sang » pour rétablir « la dignité des Grecs ».

Cette perte de « dignité » a régulièrement été imputée par Syriza aux contraintes auxquelles la Grèce a dû se plier depuis l’entrée en vigueur des programmes d’aide, en 2010, et dont le nouveau gouvernement prétend s’affranchir, tout comme il exige une renégociation de la dette du pays. « Parmi nos priorités, a réitéré Alexis Tsipras, figure une nouvelle renégociation avec nos partenaires pour trouver une solution juste, viable et mutuellement utile ». Il a assuré vouloir à la fois éviter « une rupture désastreuse réciproque » avec les partenaires de la Grèce et mettre fin à « la politique de soumission » du pays.

Cette juxtaposition d’un

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lepoint.fr/rss.xml -

- Catégorie - Le Point.fr

PUBLiCiTÉ

Vous aimerez aussi...

Translate »